Mois : mai 2018

Il suffit d’une seule personne, pour faire de ta vie un enfer ou un paradis

Plus j’avance dans la vie, plus je me rends compte du pouvoir de nos choix. Dans cette longue traversée qu’est notre existence sur terre, très peu de choses semblent vraiment arriver par hasard. Non pas par la force de la providence, mais beaucoup plus comme une conséquence des décisions que nous avons prises et des actes que nous avons posés.

De par notre nature sociale, nous pouvons difficilement vivre sans côtoyer le monde qui nous entoure. Or, ce monde est constitué de personnes susceptibles d’avoir des intentions plus ou moins nobles à notre égard. Et même si nous en sommes conscients, il arrive fréquemment que nous nous accommodions du “danger”.

Bien qu’il soit difficile d’admettre qu’un mari, une femme, un fils, une fille, un frère, une sœur, un ami  ou une amie puisse mijoter des plans destructeurs à notre égard, cela n’en demeure pas moins vrai pour autant. Plusieurs signaux nous informent souvent des motivations réelles de ces personnes. Mais… on refuse de les voir, contribuant ainsi (sans le savoir) à ce qui pourra être notre propre chute.

Savoir choisir nos amis, partenaires, confidents ou associés, est une qualité qui sur le long terme ne peut que s’avérer bénéfique pour notre réussite et notre qualité de vie. Read more

Please follow and like us:

Je suis noir(e) et je fais une dépression. Comment est-ce possible? qui peut m’aider?

La dépression est une maladie qui peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur la santé mentale, si elle n’est pas prise en charge assez tôt.

Il existe toutefois une différence entre  “une dépression” et “une déprime”.

La déprime est un changement d’humeur temporaire provoqué par des circonstances désagréables. Elle se caractérise par la tristesse, une baisse de motivation, « un moral dans les chaussettes », ou encore un découragement global.

La vie n’étant pas un long fleuve tranquille, tout le monde déprime à un moment ou à un autre. C’est donc un ÉTAT  « normal » et habituel chez les êtres humains. Elle dure en général quelques jours et on s’en remet spontanément.

Contrairement à la dépression, elle n’entraîne pas un processus de dévaluation personnelle.

La dépression par contre est une MALADIE. Et qui dit maladie dit prise en charge psychologique ou médicale en fonction de la gravité des symptômes.

Elle se caractérise par une grande détresse, une souffrance  profonde, ainsi qu’un sentiment global d’impuissance. Elle peut avoir une forme légère, modérée ou sévère.

Celui qui fait une dépression perd de l’intérêt pour le monde extérieur. Il se replie sur lui-même  et rumine sans cesse ses idées noires. Il veut rester SEUL. Read more

Please follow and like us:

Insultes, menaces, humiliations. Etes-vous victime de violence psychologique dans votre couple?

La violence psychologique peut être considérée comme une stratégie de destruction insidieuse réalisée par une personne vis à vis d’ une autre.  Follingstand et Dehart (2000) la définissent comme “la destruction systémique de l’estime de soi ou du sentiment de sécurité d’une personne, qui survient dans des relations où il y a des différences de pouvoir et de contrôle”.

Elle n’est certes pas aussi visible que la violence physique, mais elle existe néanmoins et fait de nombreux dégâts.On peut la retrouver dans différentes situations, à savoir: à l’école, au travail ou en famille.

Lorsqu’elle est vécue au sein du couple, elle aboutit à l’installation progressive d’une relation de type dominant-dominé.

La violence psychologique est toutefois à différencier des actes isolés ou des situations conflictuelles temporaires. Elle se caractérise par la fréquence et la durée.

C’est un ensemble de comportements abusifs, intentionnels, prolongés et répétés, à l’égard d’une personne précise. Ce faisant, la victime finit par perdre totalement l’estime d’elle-même et se retrouve au fil du temps, prisonnière des sentiments comme la culpabilité, la honte, et l’angoisse. Read more

Please follow and like us:

L’évolution du sentiment amoureux. Pourquoi je crois que mon/ma partenaire a changé?

Nous souhaitons tous vivre avec une personne qui pourra combler notre besoin de plaire et d’être aimé. Nous souhaitons partager nos joies et nos peines, nos réussites et nos échecs avec cette personne qu’on aura choisie.

Deux personnes qui se rencontrent c’est deux attentes, deux projets de vie, mais aussi deux passés et deux inconscients qui interagissent et s’affrontent. Tout n’est donc pas toujours aussi simple.
Avant de parler “sentiments” avec son/sa partenaire, il est essentiel de connaître les différentes étapes du processus amoureux.

Ce dernier peut être caractérisé par 3 grandes phases: la fusion, la différenciation et l’engagement véritable.

Seules les personnes qui arrivent à vivre la différenciation peuvent évoluer de manière positive en tant que couple. Read more

Please follow and like us:

La dépendance affective ou le fait de compter excessivement sur l’autre pour nous rendre heureux(se)

Un amour parental absent ou insuffisant dans l’enfance est un facteur propice à la blessure d’abandon.

Pour se développer harmonieusement, un enfant a besoin de l’amour inconditionnel de ses deux parents. Si ces derniers sont absents, indifférents ou émotionnellement indisponibles, l’enfant se sentira “abandonné”, “rejeté” et mal aimé.

Il aura également du mal à développer une bonne estime de soi; Et à l’âge adulte, il est fort probable qu’il souffre de dépendance affective.
La dépendance affective peut se définir comme “la vie à travers l’autre”.
La personne qui en souffre veut “être aimée de manière inconditionnelle” par son partenaire.

Elle a un besoin avide d’attention, de reconnaissance et d’émotions fortes.En outre, elle vit dans la peur constante d’être quittée, de se retrouver seule et vide. Read more

Please follow and like us:

Coup de cœur – Coup de raison, lequel de ces couples a le plus de chances de fonctionner?

Tout commence par une rencontre,  ensuite on fait connaissance, puis on décide de se fréquenter ou pas. La décision de former un couple est liée aux attentes et besoins respectifs “du moment”. C’est pourquoi tous les couples ne se ressemblent pas. Ils ont chacun leur histoire, leur vécu et leur trajectoire.

Certaines personnes mettent des mois avant de s’engager, tandis que d’autres le font instantanément.

Toutefois, le temps qu’on met pour s’engager dans une relation ne préjuge en rien la réussite de cette dernière. Qu’on prenne 1 an ou 1 mois, si certaines conditions ne sont pas réunies dès le départ, les chances pour que la relation fonctionne sont sérieusement compromises.

Quels sont donc les facteurs qui peuvent influencer la réussite ou l’échec d’une relation de couple?

Pour répondre à cette question, il va falloir revenir à la base, à savoir , qu’est-ce qui nous attire vraiment chez l’autre? pourquoi veut – on se mettre avec lui/elle?

Tout individu, autant qu’il est, a une manière précise de tomber en  amour. Cette manière constitue ce qu’on peut appeler son “profil affectif”. Il repose à la fois sur ses besoins d’adultes, ses blessures d’enfance et sa maturité du moment. Read more

Please follow and like us:

Je croyais que c’était mon ami(e), il/elle m’a profondément déçu(e)

L’amitié tout comme l’amour a toujours fait couler beaucoup d’encre. Entre jalousie, déception et manipulation, on ne sait parfois plus à qui on a à faire.

Qui n’a jamais été déçu par un ami? Lequel d’entre nous ne s’est jamais senti trahi ou abandonné au moment où il en avait le plus besoin?

Non pas que ces amis là soient forcément mauvais, mais parfois à cause de notre tendance à idéaliser les relations humaines.

Quand il s’agit des personnes qu’on estime ou pour qui nous avons de l’affection, nous sommes en général “aveugles”. Or, les choses arrivent rarement par hasard.

Il y’a toujours des signes précurseurs que nous avons minimisé ou ignorés. Trop occupés à vouloir faire de la relation ce que nous voulons qu’elle soit.

L’amitié peut être une source de bonheur ou une source de souffrance.

Le chagrin s’installe parce que nous nous sommes attachés à la personne et que la désillusion est inattendue et brutale.

Pour être considérée comme de l’amitié, la relation doit être réciproque et basée sur de bonnes intentions.

Vous pouvez pensez que X est votre ami, alors qu’il ne voit en vous qu’une connaissance, un camarade de classe, un collègue ou un voisin.

Tous ceux qui viennent vers vous ne sont pas forcément intéressés par votre amitié. Read more

Please follow and like us:

Souffrez-vous de la blessure d’abandon dans vos relations?

Tout au cours de notre développement, nos parents, nos partenaires ou toute autre personne à laquelle nous étions attachés nous ont blessé sans le vouloir.

La plupart du temps, ils l’ont fait parce qu’ils étaient eux-mêmes blessés et exprimaient leurs souffrances profondes au travers de leurs comportements. Etant atteints à notre tour, nous impactons nos relations présentes de la même manière que nous avons été impactés par eux.

C’est ainsi que vont se construire et se transmettre des chaînes de souffrance entre nous, nos enfants et nos partenaires.

Ces blessures émotionnelles comme on les appelle, vont finir par conditionner nos choix, orienter notre comportement et déterminer notre schéma affectif. Autrement dit, la manière dont nous entrons en relation avec les autres, la manière dont nous aimons, et la manière dont nous voulons être aimés sont fortement liées à nos souffrances antérieures.

Nos relations sont donc le reflet de nos blessures et de nos peurs, car une personne blessée fera absolument tout pour éviter de revivre ce qu’elle a déjà vécu. Par conséquent, notre personnalité va évoluer en fonction de nos mécanismes de défense et nous couper de notre vrai soi.

Nous allons afficher ce qu’on appelle un FAUX SELF. Read more

Please follow and like us:

Ne soyez pas la victime d’un Pervers Narcissique, qu’il soit un homme ou une femme

«Si nous jetons un cristal par terre, il se brise, mais pas n’importe comment, il se casse suivant ses lignes de clivage en des morceaux dont la délimitation, bien qu’invisible, était cependant déterminée à l’avance par la structure du cristal. Des structures fêlées et fissurées de ce genre, c’est aussi ce que sont les malades mentaux”. Sigmund Freud 

Une structure de personnalité révèle autour de quoi s’est construit notre psychisme. Le psychisme étant entendu comme l’ensemble des processus internes de pensées, d’affectivité et de volonté, conscients et inconscients qu’on retrouve chez un individu.

La structure de personnalité n’est donc pas quelque chose de temporaire, mais plutôt de permanent. Elle détermine notre mode relationnel vis à vis des autres, notre manière de percevoir le monde et notre manière de nous penser dans notre environnement.

Le problème se pose quand cette structure bascule du côté du trouble, et commence à poser des difficultés au niveau personnel, familial ou social.

On parle alors de troubles de la personnalité.

Je parlerai ici de la personnalité narcissique et des différentes “pathologies” qui lui sont associées: le trouble de la personnalité narcissique et la perversion Read more

Please follow and like us:

Comment devient-on fou? Qu’est-ce que la folie?

A chaque structure correspond des mécanismes qui nous aident à faire face aux événements de la vie et à gérer un stress important.Tant que tout se passe bien, nous sommes équilibrés et adaptés.

Toutefois, s’il arrive qu’on se retrouve face à un évènement qui dépasse nos capacités de traitement, nos mécanismes de défense habituels deviennent insuffisants. Le cerveau, débordé, n’arrive plus à rétablir un fonctionnement adéquat.

On risque alors de faire une décompensation et de basculer dans une des maladies psychiatriques propres à notre structure de base. Ces maladies sont souvent regroupées sous le terme de “folie” par le grand public, or il s’agit de symptômes relevant de plusieurs maladies mentales appelées psychoses.

Qu’est-ce que la psychose?

La psychose peut se définir comme un trouble mental caractérisé par une perte de contact avec la réalité. La personne qui en souffre ne se rend pas compte de son état. Elle vit dans un délire constant et est persuadée que ce qu’elle perçoit existe vraiment.

Origines

“…il convient de distinguer d’emblée les étiologies organiques (altération des tissus cérébraux, atrophie cérébrale diffuse, comme dans la démence sénile, intoxications médicamenteuses ou toxicomaniaques, maladies infectieuses aiguës, traumatismes physiques et organiques) des étiologies psychiques (traumatisme de caractère psychique constitué par des événements extérieurs tels que la mort d’un être cher, l’horreur d’une guerre, d’un bombardement, d’une catastrophe naturelle, d’une prise d’otage, d’un état de détention ou d’enfermement prolongé” ( Philippe Fontaine).

Une psychose peut donc résulter d’une maladie, d’une ingestion de substances toxiques ou d’une situation douloureuse vécue.

Symptômes

  • Idées délirantes qui peuvent prendre différentes formes: délires de persécution ( on me poursuit, on me veut du mal), idées mégalomaniaques (j’ai des talents particuliers, je suis Dieu), délires de pensée (quelqu’un contrôle mes pensées), etc.
  • Hallucinations: auditives (entendre des voix), visuelles (voir des gens, des formes, des animaux), tactiles (sentir des fourmillements sur le corps), sentir des odeurs et des goûts en l’absence de tout stimuli.
  • Troubles cognitifs: difficultés à communiquer, discours incohérent ou incompréhensible.
  • Troubles moteurs: difficultés à exécuter des tâches simples et séquentielles: se laver, catatonie (se mettre dans des positions étranges, ne pas réagir aux sollicitations).
  • Apparence et hygiène négligées.
  • Altération significative du fonctionnement normal: adaptation sociale difficile.
  • Détresse importante

Traitements

Une prise en charge rapide est préconisée. Plus on attend, plus la maladie devient invalidante sur le long terme. Plusieurs interventions peuvent être envisagées:

  • Pharmacologie: prise de médicaments, et plus particulièrement de neuroleptiques
  • Psychothérapie familiale ou individuelle
  • Aide à la réadaptation sociale après stabilisation des symptômes
  • Hospitalisation ou maintien en habitations protégées

Contrairement à ce qu’on croit, le malade psychotique n’est pas un psychopathe. Il est en général effrayé, confus et se met à l’écart des autres dont il se sent différent. Toutefois, certains facteurs peuvent le rendre dangereux. Notamment la désocialisation (rupture de lien social, absence de support social ou de domicile fixe), la consommation de substances toxiques (qui vont désinhiber ses tendances agressives), et l’arrêt brusque de traitement ( effets secondaires) ou l’absence de diagnostic préalable.

Les différences culturelles

Chaque culture a ses propres savoirs et ses propres techniques de prise en charge de la maladie mentale. Qu’ils soient écrits ou pas.

Les symptômes pour exprimer une même maladie peuvent également différer en fonction de la culture à laquelle on appartient. Raison pour laquelle certains troubles ne peuvent être compris en dehors du contexte d’origine du patient.

C’est de ce constat qu’est née l’ethnopsychiatrie. Elle s’intéresse à “comment on tombe malade dans différentes cultures”. Elle interroge la signification culturelle des symptômes observés chez un patient originaire d’une culture différente.

Les questions qu’on devrait tous se poser

  • Pourquoi avons-nous peur des “fous”?
  • Que savons-nous de leur maladie?
  • Pourquoi vivent-ils en marge de la société?
  • Que représente la folie dans nos schémas de pensée individuels? collectifs?
  • Pourquoi certaines familles rejettent-ils leurs “malades”?
  • Quelles sont les croyances véhiculées par nos sociétés ?

La psychose peut être épisodique ou chronique. Elle peut également être soignée ou du moins stabilisée dans certaines conditions. Laisser les “fous” sans aucun suivi, ni aucune médication n’aggrave t-il pas leur état?

Qu’est-ce qui nous empêche d’écouter ce que dit leur maladie? toutes les personnes atteintes de psychoses ne sont pas nées ainsi. Il y a eu des évènements, des maladies, des comportements, qui ont conduit à cet état.

Ne croyons surtout pas que ça n’arrive qu’aux autres. La frontière entre le normal et le pathologique  n’est pas si étanche que ça en a l’air.

Tous les êtres humains ont des faiblesses, tout le monde peut “exploser” de l’intérieur à tout moment.

 

Noire&Psy

 

 

Please follow and like us:

Non, je ne veux pas être forte, permettez-moi juste d’être humaine

Sois forte, prends sur toi, tiens le coup. Autant de paroles bienveillantes que nous entendons souvent de la part de nos …

Afrique, la dépravation des moeurs chez les jeunes

J’ai pris connaissance il y a quelques jours d’une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux et qui montre plusieurs …

Pourquoi personne ne veut m’épouser? quand célibat rime avec dépression

Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e) n’est-ce pas? nous semblons en général tous d’accord sur ce point. …