Blog

Réflexions d'une psychologue noire

Femmes immigrées d’origine africaine – la vulnérabilité des mères célibataires

Être mère célibataire n’est pas du tout facile, surtout quand on vit loin de chez soi.
La parentalité (aptitude à être un parent) n’est pas une compétence innée. Elle s’acquiert au fil de l’expérience et doit donc être apprise. On ne naît pas parent, on le devient (Dolto).
Ce n’est pas parce qu’on s’est occupé de ses frères et sœurs au pays qu’être parent à l’étranger sera un jeu d’enfant. Le contexte est tout à fait différent.

Au pays, un support social existe pour gérer ce genre de situations. Les mères célibataires reçoivent l’aide de leurs parents et de la famille élargie. Parfois même, les enfants vivent avec leurs grands-parents, oncles ou tantes afin de recevoir un encadrement plus stable. Il ne s’agit pas seulement de les nourrir, de les soigner ou de les scolariser, mais surtout de leur offrir une structure familiale ainsi qu’une bonne éducation. Ce que leur mère ne peut parfois pas assumer.
Toutefois, certaines femmes restent avec leurs enfants et se « débrouillent » pour les élever tant bien que mal.

Quoi qu’il en soit, en Afrique, on n’éduque pas un enfant tout seul. Les parents, l’école, ainsi que la société entière y participent. Chacun à sa manière. Nous (les immigrés d’origine africaine ayant grandi au pays) sommes tous le fruit d’une éducation plurielle, mais homogène.

 

La situation au sein de la diaspora

Au sein des différentes communautés noires de la diaspora, fort est de constater une recrudescence des femmes seules avec un ou plusieurs enfants à charge.

Les causes en sont multiples : les divorces, les séparations, les choix unilatéraux (faire un enfant avec ou sans l’accord du partenaire avec la ferme décision de s’en occuper seule), les « accidents », la négligence ou l’absence de contraception, la procréation pour avoir les « papiers » ou pour « retenir » un homme, et le recours à la procréation assistée (FIV, insémination) avec donneur, Etc.

Comme on peut le voir, le statut de mère célibataire est le résultat de différents processus.

Derrière cette situation se cachent différentes trajectoires de vie. Certaines femmes ont choisi de faire leurs enfants toutes seules, tandis que d’autres se sont retrouvées mamans solos par la force des choses ou contre leur gré.

La manière dont une femme vivra  cette situation sera fortement liée à son histoire personnelle, à ses croyances  et à ses choix.

 

Les différents contextes

Plusieurs circonstances peuvent expliquer le statut de mère célibataire :

  • Les femmes qui ont quitté un conjoint ou un mari violent et maltraitant
  • Les femmes qui se sont retrouvées veuves suite au décès de leur époux ou conjoint
  • Les femmes qui ont choisi de se séparer ou de divorcer pour des raisons qui leur sont propres
  • Les femmes qui ont été quittées ou abandonnées par leur mari ou père de leurs enfants
  • Les femmes qui avaient un problème de fertilité et qui ont opté pour la procréation médicalement assistée (FIV, Insémination) parce qu’elles ne trouvaient pas de conjoint ou parce qu’elles étaient délaissées à cause de leur infertilité.
  • Les femmes qui ont choisi de faire un enfant seules parce que le temps passait et que le mariage n’arrivait toujours pas.
  • Les femmes qui ont conçu lors d’une relation platonique ou éphémère mais qui ont choisi de garder l’enfant tout en sachant que le père ne serait pas présent.
  • Les femmes qui ont fait un enfant avec un homme indisponible (marié ou autre)
  • Les femmes qui ont fait un enfant pour améliorer leur situation (administrative, financière, etc)
  • Les femmes qui avaient été diagnostiquées infertiles ou stériles et qui se sont retrouvées enceintes alors qu’elles ne l’espéraient plus
  • Les femmes qui ont choisi de ne pas se mettre en couple ou se marier, mais qui avaient envie de faire des enfants
  • Les femmes qui sont tombées malades (maladies graves ou chroniques) et ont été abandonnées par leurs conjoints
  • Les femmes qui ont fait un enfant contre le gré de leurs partenaires

Certaines femmes ont donc été préparées à vivre seule avec leurs enfants, et d’autres pas.

 

Mère célibataire en Afrique ou à l’étranger

L’environnement dans lequel on évolue ainsi que la zone géographique dans laquelle on se trouve va avoir un impact sur le vécu de la mère célibataire et celui de ses enfants.

La monoparentalité n’est toutefois pas spécifique à la diaspora. On peut l’observer même dans le pays d’origine, et dans les sociétés occidentales et européennes. C’est un problème de société global qui s’explique par les profondes mutations que subit la société moderne.

Cependant, les conséquences du célibat des mères est différent selon la culture à laquelle on appartient. Dans les cultures communautaires, la fonction éducative est dévolue à toute la communauté. Un enfant existe en tant qu’élément constitutif d’un grand ensemble ;
Par contre, dans les cultures individualistes, l’enfant est considéré comme un individu qui peut exister tout seul, sans le noyau familial ou communautaire.
De ce fait, les méthodes éducatives sont fondamentalement différentes.

Quoi qu’il en soit, les enfants ont besoin de structure et de cadre de référence. Pour la mère célibataire africaine, la question sera de savoir comment éduquer un ou plusieurs enfants toute seule là où auparavant il fallait tout « un village » ?

 

Pourquoi est-ce important de grandir avec un « père » et une « mère » ?

Les enfants ont besoin de s’identifier à des figures paternelles et maternelles pour se construire une identité stable.
Une fille a besoin de s’identifier à sa mère ou à toute autre figure maternelle pour apprendre à être une femme. Elle a également besoin d’une figure paternelle pour apprendre comment se positionner vis-à-vis du sexe masculin. Un garçon pour sa part a besoin de s’identifier à son père ou à toute autre figure paternelle pour apprendre à être un homme.

Voilà pourquoi nos relations précoces (avec les personnes qui ont pris soin de nous quand nous étions enfants) déterminent en grande partie l’homme ou la femme que nous sommes dans une relation.

Exemple : un homme qui admire et respecte sa mère … « par amour », et non « par crainte » aura beaucoup de respect pour les femmes dont il tombera amoureux.
Le premier objet d’amour d’une fille c’est son père, et le premier objet d’amour d’un homme c’est sa mère.

Quand on a eu de bonnes relations avec nos parents, et qu’ils ont bien joué leurs rôles auprès de nous, alors on s’identifie à eux.

Même si beaucoup d’enfants ne grandissent pas avec leurs parents ou seulement avec l’un d’entre eux, le plus important est d’avoir des points de repère. A savoir, une « figure maternelle » qui peut être une tante, une grand-mère ou autre, ainsi qu’une « figure paternelle » qui peut être le grand-père, l’oncle ou autre.

Le problème est qu’à l’étranger, il est bien difficile pour une mère célibataire de trouver une « figure paternelle » pour ses enfants. Quand ils sont tous- petits, les conséquences ne sont pas très visibles, mais à l’adolescence, qui est la période charnière de l’identité sexuée (je suis un homme, je suis une femme), l’enfant a besoin de s’affirmer. Or, il ne peut le faire qu’en s’opposant à son parent de même sexe. L’autre parent aura pour rôle d’accompagner ce positionnement afin de permettre à cet enfant d’asseoir une identité cohérente et stable.

Ces mères se retrouvent malheureusement seules face à cette situation et c’est ainsi que les conflits naissent et peuvent déboucher sur des situations parfois dramatiques.

 

Toutes les mères célibataires connaissent-elles les mêmes difficultés ? 

Bien sûr que non, plusieurs facteurs sont à prendre en compte, entre autres  le nombre d’enfants à charge, leur âge, leur situation scolaire, l’ambiance à la maison, la situation professionnelle et financière de la mère, la présence ou non de supports sociaux, le mental personnel, les circonstances qui ont conduit à cette situation …

Certaines femmes s’en sortent bien, et d’autres un peu moins ou pas du tout. Les mères célibataires épanouies, il y’en a.

 

Pistes de réflexion et enseignements

Même si on parle de mère célibataire, il serait tout aussi juste de parler « d’enfants sans père ou d’enfants ayant un père à temps partiel ». Les deux vont souvent ensemble et sont indissociables.

C’est un problème qui nous concerne tous, car tous ces enfants, seront les adultes de demain. Même si nous ne sommes pas directement touchés, nous évoluons tous dans le même environnement, et nous faisons partie de la même communauté. Dans un futur proche ou lointain, les conséquences pourront nous impacter, qu’on le veuille ou non.

Malheureusement, nous serons déjà trop vieux et fatigués pour faire quoi que ce soit. C’est maintenant qu’il faut réagir. Plus tard…ce sera trop tard.

Nous voulons tous vivre dans une société meilleure, entourés de gens biens et autonomes. Nous voulons tous vivre en sécurité et ne plus avoir peur. Nous voulons les meilleurs partenaires pour nos enfants. Mais, travaillons nous vraiment à contribuer à une société meilleure?

  • Les enfants abandonnés et rejetés d’aujourd’hui pourront être les adultes révoltés ou assistés de demain.
  • Les enfants sans repères d’aujourd’hui auront du mal à se positionner demain en tant que partenaire dans une relation amoureuse.
  • Les enfants mal aimés ou non aimés pourront difficilement aimer les autres
  • La société, c’est nous qui la fabriquons.

Chères mères, quels que soient vos conflits avec les papas, je ne saurais trop vous conseiller de ne pas couper les ponts, pour le bien de vos enfants. Ils ont besoin d’une figure paternelle pour se construire.

 

Mieux vaut un père qui fait le minimum, qu’un père totalement inexistant et absent.

S’il ne veut pas s’impliquer, alors n’insistez pas. Mais s’il souhaite les voir, même si c’est juste de temps en temps, ne dites pas non. Soyez flexibles. C’est le résultat qui compte.

Le plus important pour vos enfants n’est pas la contribution financière de leur père, mais sa présence et son rôle dans leur vie.

Ne vous leurrez surtout pas, car même si un enfant dit qu’il déteste son père, c’est juste sa douleur qui s’exprime. Il se sent rejeté par ce dernier et réclame tout simplement l’amour qu’il n’a pas reçu. Parfois même les garçons veulent protéger leur mère et s’érigent en juge contre celui qui selon eux, a tant fait « souffrir » cette dernière.

Ne les élevez pas dans la haine et la rancœur. Le passé est passé. Apprenez-leur le pardon et la compassion. Pardonnez-vous et pardonnez à leur père, même si c’est difficile. Vous y gagnerez sur le long terme.

Demandez de l’aide autour de vous en cas de besoin. Il existe une multitude de services à votre disposition (groupes de paroles, groupes de soutien et d’entraide, …). Renseignez-vous.

Et vous les papas, n’oubliez pas vos enfants. Quel que soit ce que vous reprochez à leur maman, faites un effort si l’occasion vous est donnée. Il a fallu toute une communauté pour vous élever, alors que vos enfants, n’ont que leur mère. Ne démissionnez pas. Ils ont besoin de vous.

    Aucun enfant ne mérite de payer pour les erreurs de ses parents

 

Noire&Psy

 

LECTURE A CONSEILLER

Pour celles qui ont besoin d’aide et de soutien

Une mère célibataire est d’abord une femme seule, et ensuite un parent seul. Deux réalités complexes à affronter et à gérer au mieux.

Si  vous n’avez pas les moyens de faire appel à un conseiller en santé mentale ou à un Psychologue, j’ai conçu un guide de soutien psychologique et de développement personnel qui vous fournira l’aide dont vous avez besoin. Il passe en revue les différentes difficultés rencontrées par les mères célibataires (de la rupture à la reconstruction) et donne des solutions concrètes et des pistes de réflexion pour chaque situation. Ce livre est également un soutien pour tout parent qui éprouve des difficultés dans l’éducation de ses enfants.

Vous pouvez facilement l’obtenir en ligne, sur Amazon. En version papier ou électronique.

Lien version papier

Lien version numérique 

Lien pour en savoir un peu plus sur le contenu 

Please follow and like us:

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique, la dépravation des moeurs chez les jeunes

J’ai pris connaissance il y a quelques jours d’une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux et qui montre plusieurs …

Pourquoi personne ne veut m’épouser? quand célibat rime avec dépression

Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e) n’est-ce pas? nous semblons en général tous d’accord sur ce point. …

Femmes immigrées d’origine africaine – la vulnérabilité des mères célibataires

Être mère célibataire n’est pas du tout facile, surtout quand on vit loin de chez soi. La parentalité (aptitude à …