Blog

Réflexions d'une psychologue noire

La résilience,ou comment se reconstruire après un échec ou une perte douloureuse

L’échec, la perte, nous l’avons tous vécu un jour,quel que soit le domaine. Nous avons dû renoncer, accepter, laisser aller…bien souvent contre notre gré (personne n’aime échouer ou perdre ).

En y regardant de plus près, force est de constater que certaines personnes se remettent facilement en selle, tandis que d’autres mettent plus de temps a rebondir.

Comment donc expliquer ce phénomène? pourquoi un  même fait produit-il  des réactions différentes?

La résilience

Ou la capacité d’un individu à faire face à un événement difficile, et à se reconstruire suite à celui-ci.

Sur ce point, nous ne sommes malheureusement pas égaux. Les capacités de résilience dépendent de nombreux facteurs comme: la maturité émotionnelle, les croyances individuelles, l’estime de soi, et surtout les blessures antérieures non guéries.

La tendance à culpabiliser et à ruminer le passé ( ah si seulement j’avais fait ci ou ça, si je n’avais pas dit ci ou ça) relève de la non-acceptation. C est vouloir retourner en arrière pour changer les choses. C’est se dire “c’est ma faute”.

On souffre et la seule chose a laquelle on pense c’est mettre fin a cette douleur par n’importe quel moyen:

C est ici alors que nous butons sur deux erreurs fondamentales.

Les erreurs communes

1- Croire que la douleur se guérit

Elle ne se guérit pas, elle se gère…et passe avec le temps. Soyez patients.

2- Confondre culpabilité et responsabilité 

La culpabilité

Je suis coupable si je pose un acte en connaissant d’emblée les conséquences. Or, très souvent, certaines conséquences nous surprennent tout simplement parce qu’on n’y avait pas pensé…donc on ne peut parler de culpabilité dans ce cas.

La responsabilité

Je suis responsable de mes actes, car c’est moi qui les ai posés. Mais je ne suis pas responsable des actes des autres, ni de leur comportement.

Assumer la responsabilité de ses actes dans un échec c’est chercher comment faire mieux la prochaine fois. C’est innover en termes de stratégie, en écoutant ses véritables besoins. C’est chercher son bonheur au lieu de celui des autres.

S’accuser et culpabiliser, c’est se juger et se dévaloriser. Il y a pourtant une différence entre ce que nous sommes (notre être) et ce que nous faisons (nos actes).

Nous ne sommes pas des échecs, nous posons juste parfois des actes inappropriés.

Dans la vie, tout ne dépend pas de nous. La tendance à croire que “nous sommes nuls”, et que ”nous n’avons pas été a la hauteur”, au détriment de la prise en compte des circonstances externes ne peut engendrer que souffrance et regrets.

L’indulgence envers soi

Augmenter ses capacités de résilience, c’est apprendre a se pardonner soi même; c’est accepter nos imperfections et se pardonner de ne pas toujours faire les bons choix.

Cette culpabilité, qui nous empêche souvent de tourner la page vient de la difficulté à réaliser que nous avons fait du mieux que nous avons pu, au mieux de notre connaissance et au mieux de nos possibilités.

Se reconstruire,c’est d’abord faire face de manière objective,ensuite, accepter ce qui est, et enfin, aller de l’avant en intégrant les bonnes leçons.

 

Noire&Psy

Please follow and like us:

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non, je ne veux pas être forte, permettez-moi juste d’être humaine

Sois forte, prends sur toi, tiens le coup. Autant de paroles bienveillantes que nous entendons souvent de la part de nos …

Afrique, la dépravation des moeurs chez les jeunes

J’ai pris connaissance il y a quelques jours d’une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux et qui montre plusieurs …

Pourquoi personne ne veut m’épouser? quand célibat rime avec dépression

Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e) n’est-ce pas? nous semblons en général tous d’accord sur ce point. …